Final Fantasy 6 et la Seconde Guerre Mondiale



FF6_Seconde_Guerre_Mondiale.jpg

Derrière une intrigue palpitante et particulièrement bien ficelée se cachent de nombreuses métaphores historiques en rapport direct avec les guerres, et particulièrement la Seconde Guerre mondiale. L’effet attendu est bien évidemment de sensibiliser le spectateur aux horreurs dont est capable l’humanité. Et pour cela, rien de tel que d'établir des parallèles entre le réel et le virtuel.

FF6SecondeGuerreMondiale-1.jpg FF6SecondeGuerreMondiale-2.jpg

Le début du jeu donne directement le ton, en contant les évènements qui se sont déroulés lors de la Guerre de la Magie. Les conséquences ont été désastreuses pour le monde entier, allant jusqu’à la disparition de la Magie même. Le parallèle avec la ruine qu’a subie la planète après la Seconde Guerre mondiale est évident.


L’humanité a régressé d’un pas au niveau des technologies, tout est à reconstruire, le nombre de pertes est impressionnant (dans FFVI, ça se traduit par l’éradication du peuple des guerriers mages). On retrouve un peu la même liaison au milieu du jeu, lorsque Kefka déplace les Statues afin de provoquer une apocalypse sur la planète (clin d’œil aux deux bombes atomiques lâchées sur Hiroshima et Nagasaki à la fin de la Seconde Guerre mondiale ?).

FF6SecondeGuerreMondiale-3.jpg FF6SecondeGuerreMondiale-4.jpg

Les conséquences sont encore plus importantes que pour la première Guerre de la Magie, l’humanité a subi de très nombreuses pertes, l’eau est devenue rougeâtre, le ciel baigne dans une obscurité infinie. Le message est évident, il nous montre où mène la folie des hommes.


Le contexte politique de Final Fantasy VI n’est pas décrit au niveau des origines, et nous amène directement au cœur de l’emprise de l’Empire sur de nombreuses villes du Monde. Une sorte de pouvoir quasi-total exercé sur l’ensemble de la population. Je ne surprendrai personne en parlant de référence à l’Empire germanique et nazi de la Seconde Guerre mondiale.

FF6SecondeGuerreMondiale-5.jpg FF6SecondeGuerreMondiale-6.jpg

Les idées de l’empereur Ghestal restent tout de même loin des horreurs nazies auxquelles aspirait Adolf Hitler. Je verrais nettement plus Kefka dans le rôle de ce personnage. Ce qui amènerait à une représentation « ridicule » du leader allemand, représenté par un « bouffon » (Charlie Chaplin avait déjà effectué un tel rapprochement dans Le Dictateur). Quoi qu’il en soit, les similitudes entre l’Empire allemand et celui de FFVI sont plus que nombreuses et la référence n’amène aucun doute, notamment lors des discours de Ghestal devant ses armées. Ainsi, le véritable thème en rapport avec la guerre se trouve être l’Occupation.


Si Narshe reste une ville neutre (bien qu’abritant des Résistants), Figaro Sud est le premier exemple dans le jeu d’une ville occupée. Les troupes de l’Empire se retrouvent postées à chaque coin de rue, les habitants ont une liberté de déplacement largement atténuée, les bars sont squattés par tous les soldats qui viennent admirer des gogo-danseuses. Mais le pouvoir et l’horreur de l’Occupation trouve son exemple le plus évident à travers les villes postées directement aux alentours de la capitale de l’Empire, Vector.

FF6SecondeGuerreMondiale-7.jpg FF6SecondeGuerreMondiale-8.jpg

Ainsi, des villes comme Tzen, Miranda ou le port Albrook montrent clairement ce que doivent subir les habitants. Des combats de chiens féroces sont organisés, les habitants ne peuvent se déplacer librement et on voit un peu partout des traces de batailles (les trous dans les maisons, les fleurs écrasées…). Et après l’Apocalypse générée par Kefka transformant le World of Balance en World of Ruins, les habitants sont tout autant soumis.


L’impact psychologique sur les habitants n’est pas tellement développé durant la première moitié de FFVI, il faudra attendre l’avènement du World of Ruins, comme indiqué plus haut. Les conséquences de ce fléau perpétré par Kefka sont nettement plus importantes que lors de la Guerre de la Magie, et les habitants vivent dans une terreur constante, ne pouvant rien face à la domination suprême du « Bouffon ».


Et tout comme Hitler avait échoué face à l’armée aérienne britannique ou le froid des pays de l’URSS, Kefka subira une défaite totale face à un groupe de héros unis contre le Mal qui n’a plus rien à perdre. Deux généraux victimes de leurs ambitions et de leurs idéologies qui connaîtront la défaite face à ceux qu’ils pensaient pouvoir vaincre aisément.

FF6SecondeGuerreMondiale-9.jpg FF6SecondeGuerreMondiale-10.jpg

A l’instar de ce qui s’est passé dans les pays colonisés durant la Seconde Guerre mondiale, une Résistance s’est formée au sein des divers peuples du monde de Final Fantasy VI. On retrouve un peu partout, dans chaque ville, des membres de ce groupe de Résistance. Même à Narshe, qui est censée être neutre, on retrouve l’un des résistants les plus importants, Arvis.

Une fois de plus, à l’image de ce qui est arrivé durant la Seconde Guerre mondiale, les résistants étaient de tous âges, et on retrouvait de nombreux jeunes durant les batailles. FFVI cultive ainsi cet aspet, et on le comprend parfaitement en parlant avec les différents résistants dans leur Quartier Général.


Tout comme lors des guerres, on retrouve différents camps : les Alliés, les Occupés, la Résistance, l’Empire, mais aussi les neutres. Traîtrises et manipulations sont aussi les maîtres mots qui sévissent durant ces périodes. Le meilleur exemple dans le jeu reste le milliardaire de Figaro Sud, qui n’hésitera pas à capituler face à l’Empire, et à « héberger » certains prisonniers (dont Celes) dans les sous-sols de sa demeure.


L’horreur de l’idéologie nazie du peuple allemand pendant la Seconde Guerre mondiale trouve une représentation dans FFVI. Ainsi, la haine des Germaniques pour les juifs se traduit dans le jeu par l’utilisation des espers par l’Empire. On notera ainsi l’analogie entre le drainage des pouvoirs des epsers avec les horribles travaux forcés auxquels étaient condamnés les juifs emprisonnés lorsqu'ils n'étaient pas tout simplement éliminés...

L’une des métaphores les plus évidentes et horrifiques du jeu reste l’utilisation des « fosses » pour jeter les espers drainés (comme le montre la scène où Kefka balance sans sourciller Ifrit et Shiva parmi les déchets), ce qui rappelle fortement les fosses où des centaines de cadavres de juifs étaient jetés dans les camps d’extermination allemands.


Enfin, l’un des messages philosophiques principaux du jeu s’attarde autour d’une volonté de paix inébranlable, l’aspiration de la plupart des victimes de la guerre. Ainsi, le jeu se termine sur la reconstruction du Monde (la plante qui repousse, symbole de la renaissance et de l’espoir d’une vie meilleure), et symbolise une véritable victoire face à la destruction perpétrée par l’humanité elle-même.


Back.png
Retour vers la page des dossiers



CoeurRouge.png J'aime !
 3 personnes aiment
Stoz
05/05/2020


Laisser votre commentaire ?


First.png
Soyez le premier à commenter l'article !