Final Fantasy 7 Dirge of Cerberus (FF7DC)





Introduction Final Fantasy VII Dirge of Cerberus


Japon : 26 Janvier 2006
USA : 15 Août 2006
Europe : 17 Novembre 2006


Final Fantasy 7 Dirge of Cerberus est le dernier jeu de la compilation Final Fantasy 7. Il est sorti sur le support Playstation 2 au cours de l’année 2006. On notera d’ailleurs qu’il a mis moins d’un an pour arriver jusqu’à nos frontières. Ce n’est certes pas un RPG, mais on peut tout de même le signaler. Final Fantasy 7 Dirge of Cerberus est un jeu d’action, ce qui peut surprendre puisque le dernier essai de Square-Enix dans ce domaine date de plusieurs années. On notera que le mode on-line, disponible sur la version japonaise du jeu, a disparu lors du voyage jusqu’en Europe, après ce n’est pas forcément un mal puisque le jeu n’a pas connu un succès retentissant. Techniquement le jeu ne casse pas trois pattes à un canard, on se demande d’ailleurs parfois s’il n’a pas quelques années de retard. Les graphismes ne sont pas non plus faramineux. On retiendra d’ailleurs la ville de Kalm, le manoir de la Shinra et le cimetière des trains du secteur 7, lieux incontournables, qui sont grossièrement réalisés. Dommage car l’idée de repasser par des chemins, bien connus des fans, qui aurait pu être parfaitement modélisés, aurait du être développée. Il va de soit à la lecture de ce paragraphe que le jeu n’aura d’intérêts que pour les fans de Final Fantasy VII.



FF7DC image 1FF7DC image 2



Le jeu repose sur un système de tir, chose dont on n’est globalement peu habitué, avec Square-Enix. Ce qui est globalement déstabilisant, avant même de commencer à jouer. Le joueur incarnera Vincent Valentine, ce dernier ayant l’habilité de manier de nombreuses armes à feu. Le jeu commencera après une magnifique séquence cinématique d’ouverture, sans aucune coupure. Le jeu se découpe en 12 chapitres distincts que vous pourrez reprendre à tout moment pour améliorer votre score. Bien que les graphismes soient corrects, les cinématiques magnifiques, le scénario intéressant, la bande son sublime, en revanche le gameplay est plutôt linéaire. En effet Vincent doit tirer sur ses adversaires tout le long du jeu ce qui peut paraître assez répétitif pour le joueur. Il n’y a que peu de changement au niveau de celui-ci. Vous disposez de trois armes dont le célèbre fusil Cerberus, ainsi que les fameuses matérias. On retrouve également les Limit Break, qui permettront à Vincent de se transformer en bête Galienne, comme dans l’opus original. Ce qui pourra éventuellement permettre de battre certains boss, plus facilement. A la fin de chaque chapitre il faudra choisir entre des gils (qui vous permettront d’acheter des objets) ou de l’expérience. Le jeu dispose de trois types de visée, manuelle, automatique et semi-automatique. Reste que la caméra ne se place jamais correctement et oblige le joueur à jouer avec la caméra pour repérer les adversaires qui sont, la plupart du temps, fondus dans le décor.



FF7DC image 3FF7DC image 4



L’histoire se déroule 3 ans après les événements de Final Fantasy 7 Advent Children. Midgar est devenue inhabitable, et ses habitants se sont réfugiés dans la ville de Kalm. Des soldats de la face cachée de l’organisation Shinra, Deep Ground, attaquent alors que la fête, de la ville, bat son plein. L’Organisation de la Reconstruction du Monde, dirigée par Reeve Tuesti, autrefois chef du département urbain de la Shinra, a besoin de Vincent pour arrêter Chaos et Oméga les deux entités. Final Fantasy 7 Dirge of Cerberus nous permet de (re)découvrir Vincent, un personnage charismatique qui apparait bien mystérieux dans Final Fantasy 7. Yuffie bien plus présente dans Dirge of Cerberus sera le soutient moral de Vincent. On a le plaisir de croiser Cloud et les autres, mais cette fois dans un rôle secondaire, ainsi que de nouveaux personnages comme Azul ou bien Shelke, deux Tsviets qui pourchassent Vincent. Rapidement, après avoir découvert que Deep Ground les trahissaient, avec son compagnon surnommé Azul le céruléen, la jeune fille se mettra aux côtés de Vincent ainsi que Shalua puisqu’il se trouve qu’elle est la sœur de Shelke. Il semblerait que sa ressemblance avec Lucrecia Crescent n’est pas dû au hasard… On note aussi la présence de Gakt, dans une scène cachée, le chanteur de Longing et Redemption vêtu d’un costume imaginé par le prodigieux Tetsuya Nomura dans un décor de synthèse.