Test de Final Fantasy 13






Final Fantasy 13
Jaquette Final Fantasy 13 Sortie France : 9 Mars 2010
Sortie USA : 9 Mars 2010
Sortie Japon : 17 Décembre 2009
Type : RPG
Nombre de joueurs : 1
Acheter le jeu :
Site Eidos - Version PS3
Site Eidos - Version X360
Site officiel





Le 9 Mars 2010 sortait Final Fantasy XIII, un épisode décrié avant même d'avoir pu faire ses preuves. Le jeu a en effet subi une campagne encore jamais vue sur un Final Fantasy qui n'avait pour objet que de descendre le dernier né de Square-Enix. Il convient donc désormais de voir si ces critiques étaient ou non justifiées. Est-ce que Square-Enix a vraiment perdu la fantaisie qu'il l'a fait survivre en 1987 ? J'essayerai de répondre à cette question en explorant les forces et faiblesses de ce 13ème opus. Avant de commencer le test, je tiens cependant à préciser que j'ai joué à la version PS3 de Final Fantasy XIII, toutefois pour avoir vu la version X360 tourner devant mes yeux, je n'ai pas vu énormément de différences. Les différences les plus flagrantes se situent au niveau des cinématiques, où le support Blue-Ray a permis une qualité HD. Enfin ce test est basé sur un peu plus d'une cinquantaine d'heures, temps qu'il m'a fallu pour venir à bout de l'aventure.




Les graphismes


Sur ce point, Square-Enix a toujours été à la pointe de la techologie, exploitant au maximum les capacités qui leur étaient offertes. Une fois de plus le pari a été réussi. Il ne m'a fallu ainsi que quelques minutes pour me prendre une véritable claque graphique, à vrai dire je ne m'attendais pas à une telle qualité. Que ce soit l'écran ou la PS3 les deux ont dû cracher leurs tripes afin d'avoir un rendu magnifique et toujours fluide. Cela dit on n'est encore en dessous des meilleurs jeux PC tels que Crysis ou Far Cry 2. Les textures sont particulièrement intéressantes puisqu'en plus d'être détaillées, elles sont nombreuses. On retiendra d'ailleurs particluièrement la texture de l'eau ou les effets de lumière qui laissent littéralement bouche bée. La modélisation des personnages et des ennemis est également surprenante puisqu'elle nous offre une myriade de détails. Les paysages extérieurs sont les plus réussis, puisqu'ils parviennent sans mal à vous plonger dans un univers fantaisiste et fantastique. Certains décors intérieurs sont cependant en retrait, manquant d'originalité ou de détails. A noter aussi quelque fois des décors bien trop sombres. C'est le cas notamment au début du jeu, une fois les 8 premières heures passées, on retrouve des décors plus colorés. Ce qui frappent également dans cet épisode c'est la variété, on passe de décors intérieurs à des décors extérieurs, de décors fades à des décors flashis, de décors sombres à des décors lumineux. Ils ont exploré tout un panel d'effets graphiques qui ne peuvent que satisfairent vos yeux. La plage de Bodhum est magnifique et vous vous étonnerez à regarder à l'horizon. D'autres décors retiendront réellement votre attention tels que la plaine d'Archylte ou les sources de Sulyya.




Test image 1Test image 2



Le système de combat


Là encore j'ai été étonné, j'avais vu pas mal de tests jap disant que le système de combat était ultra-dynamique, mais ça l'était encore plus que ce à quoi je m'attendais. En effet pas de temps morts, vous devez faire vos choix rapidement et adapter vos stratégies en fonction de vos adversaires. Pas question de taper dans le tas, sinon certains ennemis vous le feront chèrement payer. La variétés des compétences (que vous gagnez au fur et à mesure du jeu) est particulièrement intéressante. Elle vous permet de contrer n'importe quel ennemi à condition de réfléchir quelque peu. Votre équipe comporte un certain nombre de personnages (au maximum 3) ayant chacun un job. Et vous pouvez changer la combinaisons de ces jobs en fonction de l'avancement d'un combat. Ce que vous êtes d'ailleurs amené à faire très souvent. En effet dès que vos PV baissent dangereusement il est conseillé de passer à une formation avec un soigneur, etc... Les jobs dont vous disposez sont les suivants :
_Ravageur : fait monter la barre de break des ennemis rapidement.
_Attaquant : attaques magiques et physiques puissantes.
_Saboteur : affaiblit l'ennemi.
_Tacticien : augmente les capacités de vos personnages.
_Soigneur : soigne vos personnages.
_Défenseur : encaisse les dégâts pour l'équipe.




Test image 3Image Test image 4



Ceux qui attendaient le retour des jobs depuis un moment seront donc littéralement aux anges. La barre ATB est bien présente. Elle est séparée en fragments (de 3 au début à 6 à la fin). Vous gagnez de nouveau fragments au fur et à mesure de votre avancement. Chaque action coûte un certain nombre de segments en fonction de sa puissance. A vous donc d'enchaîner les actions du mieux possible. La jauge de break de l'ennemi fait également son apparition, c'est une jauge que vous devez remplir intégralement afin de mettre votre ennemi en état de choc et ainsi lui provoquer de lourds dégâts. Les ravageurs sont les plus à même de faire monter cette fameuse jauge tandis que les attaquants ralentissent la vitesse à laquelle la barre se vide. La conjonction des deux jobs est donc conseillée lorsque vous souhaitez vaincre un ennemi puissant. Votre victoire contre les ennemis puissants passent obligatoirement par leur jauge de break. C'est un aspect très intéressant de ce Final Fantasy XIII. Enfin vos personnages ont la possibilité d'utiliser des techniques qui recquièrent des points de techniques (au maximum de 5 et qui se rechargent au fur et à mesure de vos combos en combat) comme des invocations ou des compétences particulières. Sachez enfin que les PV sont restaurés à la fin du combat, et heureusement vu à la vitesse avec laquelle on les perd.




Test image 31Test image 32



Du coup vous l'aurez certainement compris, il n'y a plus de MP dans cet opus. C'est assez déstabilisant mais étant donné que le système est efficace et fluide, on oublie rapidement. A la fin du combat vous recevez une note (de 0 à 5 étoiles) selon la durée de votre combat. Si vous obtenez 5 étoiles vous avez plus de chances d'obtenir de bonnes récompenses. Vous obtenez également des points de compétences qui vous permettent d'évoluer sur les crystariums (nous verrons plus tard ce que c'est). Final Fantasy XIII a opté pour des changements importants du système de combat, mais il a parfaitement réussi son pari.




Test image 5Test image 6



On regrettera cependant quelques points particuliers. Déjà il n'est pas possible de se mouvoir en combat, c'est à dire que les déplacements de vos personnages reposent en grande partie sur un facteur aléatoire. Il est cependant possible de séparer ses personnages en appliquant une stratégie particulière, cependant contrairement à Final Fantasy XII vous ne pouvez pas déplacer vos personnages directement. Un autre gros défaut selon moi est de perdre la partie si le leader est tué. Problème, les ennemis choississant automatiquement leur cible (sauf s'ils ont été provoqués), il se peut que tous vos ennemis se mettent à attaquer votre leader ensemble au lieu de diviser leur puissance sur toute votre équipe. J'imagine que ce choix a été fait pour augmenter un peu la difficulté du jeu. On regrette aussi l'absence d'un système de gambits pour donner un ordre de priorité aux sorts lors d'un combat. Les développeurs ont en effet choisi des priorités pas forcément en adéquation avec la manière de jouer de chaque joueur. Par exemple je préférerais qu'un tacticien me renforce en puissance avant de me renforcer en défense, ou qu'un soigneur réssucite un personnage avant de soigner un autre personnage. Les techniques ne peuvent être utilisées que par un seul personnage : le leader. C'est justifiable techniquement, mais c'est dommage que chaque personnage n'ai pas quelques techniques bien à lui, surtout pour les invocations.




L'ambiance sonore


Quel délice... L'ambiance sonore vous plonge directement dans l'aventure. Les musiques sont mélodiques à souhait, l'OST est d'ailleurs excellente. Elle retranscrit parfaitement l'ambiance lourde de ce Final Fantasy XIII. Capable de vous faire frissonner parfois, elle n'aura de cesse d'accompagner avec brio un scénario grandiose. Elles sont très variées (je dirais même plus encore que les anciens opus), allant de la techno (musique pour les chocobos) à du jazz. Masashi Hamauzu sera une grosse perte pour Square-Enix tant ses musiques apportent au jeu, comme le faisait autrefois sieur Uematsu. Au delà des musiques enchanteresses, les sons sont particulièrement adaptés. Que ce soit les bruits de la pluie, du vent ou de la foule, vous vous sentirez toujours entouré par cette ambiance sonore. Je conseille d'ailleurs l'OST qui est vraiment bonne. Toutefois j'ai été déçu par les musiques de fin, car elles ne se distinguent pas particulièrement (contrairement aux Final Fantasy précédents) et se répètent trop à mon goût. La chanson de Léona Lewis à la fin du jeu a fini de m'achever, elle est mal placée et pas forcément adaptée. Alors bien sûr selon vos goûts votre appréciation sera sûrement différente, mais je reste déçu. D'ailleurs je n'aime pas non plus la musique de fin de la version japonaise.




Test image 7Test image 8



Le système d'évolution


Le Crystarium ou devrais-je dire plutôt les crystariums, vous permettront d'augmenter la puissance de vos personnages. A chaque job de vos personnages, est associé un crystarium. Un personnage qui a donc 3 jobs (ravageur, attaquant, soigneur par exemple) aura donc 3 crystariums. Ceux-ci ont plusieurs niveaux d'évolution que vous gagnez par suite d'un combat contre un boss ou lors d'évènements spéciaux. Sur chaque crystarium, vous retrouverez toujours les mêmes emplacements, ceux qui augmentent les PV, la force, la magie, vous apprennent une compétences, ou vous ajoutent un emplacement pour les accessoires (et ceux qui vous permettent de passer au niveau suivant). Tous ces emplacements sont représentés sous la forme d'un cristal (d'où le nom) et peuvent être activés selon un chemin précis en contrepartie de points de compétences que vous gagnez en combat. Mais vos personnages ne sont pas les seuls à pouvoir évoluer, en effet vos armes et accessoires (les deux seuls sortes de pièces d'équipement) peuvent aussi évoluer. Pour cela vous devrez leur ajouter certains composants récupérés dans des coffres ou à la suite de combat. Selon le composant (sa rareté) votre arme/accessoire gagnera plus ou moins d'expérience. A force d'ajouter des composants vous pouvez obtenir des bonus (prochain gain d'expérience X1,25, X1,50...). Dès que la pièce d'équipement gagne un niveau, ses capacités augmentent (Force +20 à Force +28 etc...). C'est possible de le faire dans l'autre sens aussi, une pièce peut-être démantelée pour récupérer des matériaux. Mais le gros point noir du système d'évolution de Final Fantasy XIII reste son côté dirigiste, en effet il n'est pas possible de faire évoluer un personnage comme il était possible de le faire dans Final Fantasy X. Si bien qu'on se sent oppressé parfois, par l'absence de choix à faire. On regrettera aussi de disposer que de deux types d'équipement : armes et accessoires.




Test image 9Test image 10



Linéarité ?


Voilà la plus grosse critique qui a été faite à Final Fantasy XIII. Est-elle justifiée ? Oui et non en fait. Au début du jeu les choix ne sont pas nombreux en effet, cela étant dû au fait que votre équipe est en train de fuir. Ce ne serait pas très logique qu'elle vagabonde alors qu'une armée GIGANTESQUE est à ses trousses. On ressent vraiment la présence de cette armée autour de nous. C'est un choix qui a été dicté non seulement par le scénario mais aussi par les capacités de la PS3 (et de la X360), donner de la liberté, c'est augmenter le temps de développement. Il ne faut pas oublier que Final Fantasy XIII c'est 3 ans de développement avec 300 personnes, c'est un investissement juste énormissime. Cela dit je vous rassure c'est peut-être linéaire mais pas en ligne droite, ce n'est pas la même chose. On a juste parfois un malaise parce qu'on se sent obligé d'aller à tel ou tel endroit. Cela dit les environs sont plutôt vastes et les embranchements fréquents. Une fois arrivé à destination de Pulse tout change, et le monde s'offre à vous, vous offrant de vastes possibilités. Ce constraste est très intéressant et particulièrement bien pensé. Dans Final Fantasy XII on avait trop de possibilités si bien qu'on se perdait parfois, le tir a été corrigé. Selon vos goûts, vous ne le ressentirez pas forcément de la même façon que moi, ça c'est certain. Reste que le plaisir de jeu est bel et bien là, qu'on avance ou pas sur un chemin particulier. En fait à ce niveau, Final Fantasy XIII ressemble beaucoup à Final Fantasy X, pas de carte du monde et peu d'alternatives. Cela permet de se concentrer sur le scénario.




Test image 11Test image 12



Fal'Cie et L'Cie


Ces deux éléments sont au coeur du scénario de ce 13ème opus. Les Fal'Cie sont des divinités puissantes, vénérés comme tels par les citoyens de Cocoon et de Pulse. On en apprend de plus en plus sur ces créatures qui dirigent le monde sur lequel vous vous trouvez. En fait ils contrôlent la production de nourriture, d'énergie, de soleil... Ils ont tous des noms bien connus des amateurs de Final Fantasy : Carbuncle, Eden (Orbital de FF8 en VA), Anima... Les Fal'Cie de Pulse et de Cocoon sont ennemis, et cherchent à se détruire. Rien ne fonctionne sans eux. Les L'Cie quant à eux sont les humains choisis par ces divinités pour accomplir une tâche particulière qu'ils doivent trouver malgré très peu d'indice. Ils ont un certain temps afin d'accomplir cette tâche. S'ils n'y parviennent pas, ils sont transformés en Cie'th, des créatures ressemblant à des zombies. Dans le cas où ils parviennent à accomplir leur tâche, ils se transforment en cristal. Ils sont donc condamné de quelque manière que ce soit. Cela dit mieux vaut finir en cristal plutôt qu'en Cie'th.




Test image 13Test image 14



Cocoon et Pulse


Ces deux mondes sont aux antipodes l'un de l'autre. L'un est une sphère située dans l'atmosphère et l'autre est une planète verdoyante. Les habitants de Pulse et de Cocoon se détestent et se craignent. Vous commencez le jeu dans le monde de Cocoon. Vous découvrez le Sanctum, la force militaire de Cocoon et la PSICOM, son élite armée jusqu'au dents. Ces derniers n'hésitent pas à sacrifier d'innoncentes personnes pour se débarasser définitivement des L'Cie de Pulse et de tous ceux qui les ont approché. Ils ont ainsi instauré la Purge, cette opération consiste à déporter (aux yeux du peuple, mais en réalité c'est un véritable massacre) les personnes concernées. Tout le long du jeu vous serez amené à les combattre pour votre survie. Ils agissent sous les ordres du matriarque Densley, un homme très puissant, sous la tutelle d'Eden, le Fal'Cie ultime de Cocoon.




Test image 15Test image 16



Scénario


C'était ma plus grosse intérrogation, après la déception ressentie avec Final Fantasy XII. Le scénario de ce dernier commençait très fort, puis son intensité a curieusement chuté au fur et à mesure de l'histoire, occultant beaucoup de choses. Ici on retrouve un scénario vraiment travaillé et d'une qualité incroyable. Durant ces 17 premières heures de jeu, j'ai été transporté dans une histoire sombre et passionnante. Ceux qui sont adeptes des histoires à l'eau de rose, ceux qui aiment l'univers des bisounours, passez votre chemin, ce Final Fantasy n'est pas fait pour vous. Ici l'accent est porté sur les évènement dramatiques qui se passent sur Cocoon et sur ce que les personnages ont vécu. Rien n'est caché, tout vous est montré, à la fois percutant et immersif. Vous êtes mis dans l'ambiance dès le début du jeu. Si vous n'avez pas peur d'en apprendre un peu plus sur le scénario vous pouvez continuer à lire, dans le cas contraire, passez au paragraphe suivant. Le début du jeu commence comme dans Final Fantasy 7, votre personnage principal débarque à un endroit particulier à bord d'un train. Le Vestige c'est le nom de cet endroit dans lequel les forces du Sanctum, la puissante armée de Cocoon, déportent ou plutôt massacrent les L'Cie et tous ceux qui les ont approché de loin ou de près. Lightning est là pour retrouver sa soeur Serah, une L'Cie, qui a été emmené de force ici. Elle y retrouve Sazh, un black qui va l'accompagner pendant un moment. Vous faites également la connaissance de Snow, le petit ami de Serah. Enfin vous apercevez Hope, un jeune garçon, et Vanille une charmante rouquine perdus dans le chaos ambiant. Tout ce petit monde se retrouve à combattre le Fal'Cie Anima de Pulse. Malheureusement le combat tourne court et ils se retrouvent tous transformés en L'Cie. Je tiens cependant à préciser que la fin, bien qu'intéressante, est particulièrement brouillonne. Il y a en effet un certain nombre d'incohérences qui gâchent un peu le tout. Cela dit le scénario reste une réussite et redore le blason de Square-Enix après la déception du scénario de Final Fantasy XII.




Test image 17Test image 18



Les personnages


Là aussi, j'étais très inquiet quant à la qualité des personnages et de leur histoire suite à Final Fantasy XII. En effet Vaan et Pénélo m'étaient restés en travers de la gorge de par leur inutilité profonde. Cette fois le constat est vraiment différent. Déjà tous les personnages ont un rôle à jouer, et leur présence est totalement justifiée. Snow est un homme déterminé au physique imposant, il a tendance à fuir ses responsabilités, lors qu'il éprouve des échecs, mais il reste un battant indispensable à l'équipe par son énergie et sa fougue. Il est fiancé et même marié avec la soeur de Lightning, Serah. Lightning lui en veut beaucoup de ne pas avoir protégé sa soeur. C'est une femme qui semble forte et avec une personnalité détonnante. Cela dit sous sa carapace se cache une personnalité fragile qui s'en veut de ne pas avoir cru en sa soeur. Sazh quant à lui est le gai luron de l'équipe. Il apporte d'ailleurs de la couleur à cette aventure (sans mauvais jeu de mot). Il est très attaché en vers son fils, et envers son petit chocobo qui se trouve sur sa tête. A la manière de Sazh, Vanille apporte de la fraîcheur à votre équipe, ses sourires, ses mimiques ne vous laisseront pas de marbre. Cette belle rouquine ne manque pas de charme et de sensibilité. Elle a besoin d'être entourée pour se sentir heureuse. Hope est quant à lui assez énervant au début du jeu, une apparence chétive et un mental friable. Il a beaucoup de mal à supporter la mort de sa mère causée en partie par Snow qui l'a entraîné à se battre. Cela dit il va devenir plus fort, notamment grâce à Lightning. Enfin Fang est une demoiselle MAGNIFIQUE et très entreprenante. Un peu comme Lightning, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et agit comme bon lui semble. C'est vraiment une équipe intéressante qu'offre cet opus.




Test image 19Test image 20



Les vidéos


Une fois de plus je suis resté bouche bée devant les cinématiques qu'offre ce jeu. PUTAIN que c'est beau, Advent Children avait déjà placé la barre très haut, mais elle a été pulvérisée. Impossible de pas se plonger dans le jeu avec de telles vidéos en HD, c'est magnifique, les détails des personnages sont ahurissants, les textures incroyables et l'animation ne faiblit jamais. Pas de ralentissements, que du bonheur. Les vidéos avec le moteur graphique du jeu ne sont pas en reste et on se surprendra à s'en délecter. Elles sont également très jolies, notamment sur certains détails (les visages et leurs expressions). C'est du travail de TRES grande facture. Ca ajoute un plus incroyable au jeu en nous permettant d'être au plus près de l'aventure.




Test image 21Test image 22



Les chimères


Bon ce qui m'avait particulièrement déplus dans les tests et vidéos étaient les chimères. Alors qu'en est-il désormais ? En fait mon avis n'a pas vraiment changé. J'aime pas ce côté futuriste sur les chimères et le mode drive où la chimère se transforme en véhicule. Ca reste personnel évidemment mais je n'aime pas beaucoup leur design hormis peut-être Odin. Sinon chaque personnage possède sa propre chimère qu'il doit combattre à un moment de l'aventure. C'est pas mal fait d'ailleurs, cela dit on regrettera qu'on ne puisse pas avoir de chimères cachées comme d'habitude. Mais c'est le scénario qui veut ça. Au niveau du combat elles ne sont pas vraiment indispensables, elles recquièrent 3 points de techniques. Elles combattent dans un premier temps à vos côtés (vos personnages disparaissant), puis vous devez effectuer des actions particulières avec des combinaisons de touches. D'ailleurs les invocations, bien que légèrement plus utiles que dans le 12, mériteraient sérieusement de gagner en puissance dans le prochain épisode. Ici on les invoque plus dans l'optique de soigner tout le monde tout en contre-attaquant plutôt que pour leur puissance.




Test image 23Test image 24



La durée de vie


La durée de vie de Final Fantasy XIII est plus qu'honorable puisqu'elle dépasse légèrement la cinquantaine d'heures pour l'aventure principale, on reste donc dans la moyenne des épisodes précédents. Attardons nous maintenant au niveau des quêtes annexes et de tout ce qui est suceptible d'augmenter la durée de vie. C'est sur ce point là que Final Fantasy XIII pèche un peu puisque les quêtes annexes en plus d'être peu diversifiées sont assez peu nombreuses. J'en compte moins d'une dizaine, ce qui est peu comparé à Final Fantasy XII par exemple. D'ailleurs ce n'est pas pour rien qu'il y a moins de pages dans la soluce de Final Fanntasy XIII que dans celle du XII ! Cela dit il n'y a pas que les quêtes qui augmentent la durée de vie. Monter vos personnages au maximum de leurs crystariums vous prendra quand même un peu de temps, de même que booster vos armes et vos accessoires au maximum vu les coûts astronomiques en EXP pour les pièces d'équipement avancées. Inutile de dire également que trouver tous les coffres vous prendra un bon paquet de temps même s'ils sont toujours visibles. Enfin, ça peut paraître anodin, mais vous passerez quelques dizaines de minutes voires heures à admirer certains décors vraiment magnifiques. Au final, pour compléter l'aventure à 100% comptez quand même entre 150 et 200 heures. Ce qui est, il faut l'avouer, très satisfaisant.




Test image 25Test image 26



Les quêtes annexes


Comme je l'ai dit précédemment elles ne sont pas très nombreuses, mais plutôt intéressantes aussi bien en termes de récompenses que de plaisir vidéoludique. La quête la plus importante reste les missions de chasse au nombre de 64. Elles sont vraiment intéressantes puisqu'elles vous permettront de mesurer votre puissance et de tester vos stratégies. Les ennemis sont parfois redoutables, et on ne rechigne pas à partir au combat. Final Fantasy XIII possède évidemment son ennemi ultime, qui porte le doux nom de Vercingétorix (sympa la référence française !). On avait un peu le même principe dans le 10ème opus (Centre d'entraînement) et dans le 12 (les chasses) et à vrai dire, ça fonctionne toujours aussi bien ! Dans le même genre la faille des élus vous réservera de belles surprises avec des combats titanesque ;) On retrouve également les chocobos qui vous permettront d'accéder à des trésors et missions cachées mais aussi de chercher des trésors sur la grande plaine d'Archylte. Il y a un mini-jeu qui vous permet, avec l'aide d'une machine, de détruire plusieurs robots au tout début de l'aventure. Vous aurez accès enfin à deux zones optionnelles : les Monts Yaschas et la Mine de Mah'habara. En fait ce que je regrette, c'est qu'on en apprend très peu d'éléments en plus en exécutant ces quêtes. J'aurais aimé en apprendre un peu plus sur Pulse ou sur les persos.




Test image 27Test image 28



Un vrai Final Fantasy ?


Final Fantasy XIII est-il un vrai Final Fantasy ? Oui, sans trop hésiter d'ailleurs. Il ne lui manque que quelques éléments qui ne peuvent à eux seuls justifier le fait que ça n'en soit pas un. On retrouve d'ailleurs une multitude de choses auxquelles on a été habitué tels que les chocobos, Cid, les noms des Aeons, le cristal... On est pas vraiment dépaysé quand on joue à Final Fantasy XIII et chaque fan de la série pourra retrouver des éléments qu'il connait si bien. Bien sûr on regrettera toutefois les boutiques, le nombre trop peu élévé de villes ou de villages, l'absence des Mogs (même si là ce n'est pas forcément préjudiciable)...




Test image 29Test image 30



Conclusion


Voilà il est désormais temps de conclure. La première chose à dire est que Final Fantasy XIII a été injustement traîné dans la boue par un bon nombre de personnes (souvent d'ailleurs par des personnes qui n'avaient jamais joué au jeu ou que quelques heures). Cela dit n'allez pas croire qu'il est parfait, puisqu'il a quand même plusieurs défauts, certains particulièrement gênants. En fait je dirais que dans Final Fantasy XIII, il y a peu de choses moyennes, c'est soit très bien, soit bof bof. Cela dit les graphismes, la musique et le scénario suffisent déjà à vous emporter au coeur du conflit entre Cocoon et Pulse. Le système de combat très réussi s'occupera quant à lui de contenter votre plaisir de jeu. Enfin la durée de vie plus qu'honorable complète un ensemble de très bonne qualité.




Récapitulatif des forces et faiblesses
Plus
Les plus
Moins
Les moins
_Les graphismes magnifiques
_L'ambiance sonore
_Le système de combat dynamique
_Le scénario
_Les personnages
_Le livret du menu
_Pulse
_Pouvoir recommencer directement le combat à l'issue d'un KO
_La difficulté plus importante qu'à l'accoutumée
_Les incohérences dans le scénario
_Leader mort = combat fini
_La linéarité du jeu
_Le manque de PNJ et l'absence des magasins
_Certains décors trop ternes et sombres
_Le manque de quêtes annexes
_Les invocations pas assez puissantes
_Le thème de fin de Leona Lewis


Les notes ci-dessous sont, comme toutes les notes, subjectives. Il est donc possible que votre opinion diffère et que votre avis soit différent de ce test. Dans ce cas n'hésitez pas à nous en faire part en appuyant sur le lien "Donnez votre avis sur le jeu !". Notez que la note finale n'est pas une moyenne arithmétique des différentes rubriques. Merci à tous les courageux qui ont prit la peine de lire le test.




Angelfire, 5 Avril 2010




Les notes
Graphismes
18,5 On commence à être habitué avec Square-Enix, une fois de plus ils ne nous ont pas déçu avec des graphismes magnifiques. Les textures sont variées et détaillées, les décors somptueux et les modélisations presque parfaites. Notamment Pulse qui est majestueusement modélisée. Dommage que certains décors intérieurs soient si ternes et sombres.
Jouabilité
17 Les combat sont dynamiques à souhait et restent à tout moment fluides. On regrettera cependant plusieurs mauvais choix comme le fait de ne pas pouvoir se déplacer ou de perdre la partie dès que le leader meurt. Le système de jobs est particulièrement bien pensé et permettra de réfléchir à une stratégie particulière.
Durée de vie
17 Il vous faudra environ une cinquantaine d'heures pour finir l'aventure et une centaine de plus pour finir le jeu entièrement. C'est une durée de vie donc très honorable, cela dit elle reste en déça de ce qu'on a pu avoir pour Final Fantasy 10 ou 12. Il y a peu de quêtes annexes dans l'ensemble, heureusement les missions sont intéressantes et proposent de redoutables combats.
Bande son
16,5 La bande son est très bonne et vous plongera sans peine dans l'ambiance. On regrettera cependant certaines musiques sans grand intérêt et les musiques de fin pas assez mémorables à mon goût. Et que fait une chanson de Léona Lewis dans la bande son de Final Fantasy XIII ?
Scénario
17 Le scénario est indubitablement très réussi et surpasse sans grosse difficulté celui du 12ème opus. En effet l'intrigue est passionnante et vous vous surprenez à toujours vouloir avancer pour découvrir le fin mot de l'histoire. Toutefois la fin reste légèrement brouillonne puisqu'elle apporte son lot d'incohérences. Dommage de gâcher une copie si parfaite jusqu'alors...
Note finale
17 Final Fantasy XIII devrait ravir tous les fans de RPG et principalement les adeptes de la saga Final Fantasy. Même s'il n'est pas dénué de défauts, toutes ses qualité en font un épisode de haute facture que je conseille grandement. On voulait une aventure qui nous fasse vibrer après le 12ème opus, pari réussi. Square-Enix devra cependant se pencher sur les quelques défauts du jeu sur son prochain titre.
Note des membres
18 Lire les 1 avis des membres !
Donnez votre avis sur ce jeu !