Test de Final Fantasy 7 Remake



Final Fantasy 7 Remake
Jaquette Final Fantasy 7 Remake Sortie mondiale : 10 Avril 2020
Type : RPG
Nombre de joueurs : 1
Acheter le jeu :
Square-Enix boutique - Version PS4
Site officiel



Avant d'entrer dans le vif du sujet, petit retour en arrière sur la genèse de Final Fantasy 7 Remake. Vous n'êtes pas sans savoir que Final Fantasy 7 est l'opus de la série qui a connu le plus grand succès avec plus de 12,5 millions d'exemplaires vendus. Mais au delà de ces chiffres impressionnants, c'est surtout l'histoire et l'ambiance du jeu qui ont marqués les joueurs. Contrairement à tous les opus qui lui ont suivis et à quelques uns qui lui ont précédés, Final Fantasy 7 a toujours fait l'unanimité. C'est pour ces raisons que c'est le seul Final Fantasy (avec Final Fantasy 13 mais pour bien d'autres raisons) qui a vu son univers aussi développé : Advent Children (qui revient sur ce qui s'est passé deux ans après FF7), Before Crisis (qui parle du combat Avalanche Shinra d'avant FF7), Crisis Core (qui aborde la vie de Zack au sein de la Shinra avant FF7), Dirge of Cerberus (centré autour de Vincent suite aux évènements d'Advent Children) et Last Order (OAV qui revient sur les évènements de l'accident de Nibelheim et sur la fuite de Zack et Cloud). L'idée de proposer un remake n'est cependant pas arrivée tout de suite. En 2005, ce n'était qu'une simple démo graphique sur PS3 pour montrer ce que la machine avait dans le ventre. Difficile alors de dire si Square-Enix avait d'autres idées en tête mais Nomura avait déjà certainement quelques idées à ce propos.

Test-1.jpg Test-2.jpg

Durant les années qui ont suivies, de nombreuses rumeurs sont apparues évoquant la réalisation d'un remake. Square-Enix n'a alors cessé de répéter qu'aucun projet de remake n'était prévu jusqu'à... 2015. 10 ans après la sortie de la démo sur PS3, Square-Enix annonce officiellement le lancement du développement du Remake de Final Fantasy 7, confirmant les bruits de couloir du moment. On attendait une sortie pour 2017, 20 ans après la sortie de l'original. Mais la tâche s'est avérée nettement plus ardue pour l'équipe de Nomura. Les développements, confiés initialement à un autre studio, revienennent d'ailleurs en interne chez Square-Enix. La fin de Final Fantasy 15 libère une énorme puissance de frappe. Final Fantasy 7 Remake était né. Difficile de dire que l'attente n'aura pas été insoutenable, mais le jeu finit par sortir mondialement le 10 Avril 2020 après un décalage d'un mois. Et le covid-19 n'aura pas eu trop d'impact sur le succès de l'opus puisqu'une bonne partie des joueurs l'ont pris en dématérialisé. Finalement le plus compliqué aura été de le commander sur le site officiel...



Format épisodique

Mettons les pieds dans le plat tout de suite avec le sujet qui a fait polémique depuis son annonce début 2016 : le format épisodique. En effet les joueurs ne disposeraient pas du jeu complet lors de son lancement mais seulement d'une partie. Et là où ça part assez mal au départ, c'est que cette première partie ne concerne que Midgar. Et donc ça veut dire pas de véhicules, pas de carte du monde, pas de Séphiroth, pas de chocobos et finalement pas une grosse partie du jeu original. Une telle annonce ne pouvait donc pas naturellement être bien accueillie. Il faut cependant analyser cette nouvelle avec un peu de recul. Certes le jeu est loin de couvrir l'étendu du premier mais à y regarder de plus près, après avoir eu la manette en main on comprend mieux pourquoi. La première raison est évidente : le travail à réaliser pour refaire le jeu, dans son intégralité aux standards d'aujourd'hui, est juste phénoménal. Ils ont mis près de 5 ans à sortir le premier volet qui couvre environ 20% de l'original (une petite moitié du CD1), alors même s'il y a des ajouts non négligeables que nous aborderons après, il est évident que ce n'était pas viable économiquement de le sortir en une fois ou alors en mettant de côté toutes les ambitions initiales.

Test-3.jpg Test-4.jpg

La deuxième raison est économique, sortir un jeu en plusieurs épisodes, c'est s'assurer un calendrier et des retombées financières sur un temps donné. Si le premier opus performe, il y a globalement peu de chance que ce ne soit pas le cas de ce qui va suivre. En revanche en cas d'échec, le risque pris est moins important. C'est une sorte de DLC bien amélioré puisque là on est sûr d'en avoir pour son argent ce qui n'est pas toujours le cas avec les DLC. On peut également être certain que les suites seront travaillées, en tout cas plus que n'importe quel DLC pourrait l'être. N'oublions pas également qu'il faut payer plusieurs centaines de personnes, je ne vois donc pas comment le modèle peut-être rentable s'il faut attendre 10 ans pour sortir un jeu (qui m'a soufflé Duke Nukem dans l'oreille ?). Ici Square-Enix a plutôt appris de ses erreurs sur Final Fantasy 15. Le dernier argument majeur qui justifie ce format est sans aucun doute les nombreux ajouts. S'il est vrai que ces ajouts sont également là pour retarder au maximum la sortie de Midgar et donc le développement ultra-coûteux d'un monde ouvert, c'est également un choix fort de l'équipe de développement d'offir de nouvelles choses aux joueurs de la première heure et sur ce point, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on est gâté. C'est un sujet vaste et j'y ai d'ailleurs accordé un article entier pour ceux qui souhaitent le découvrir : Final Fantasy 7 Remake, le format épisodique est-il un vrai problème ?.



Simple remake ou Reboot ?

La première question que vous vous êtes posée lors de l'annonce du remake de Final Fantasy 7 était probablement : est-ce une simple refonte du jeu original ou Square-Enix va t-elle aller plus loin ? On va couper rapidement court au suspens, Final Fantasy 7 est bien plus qu'un remake. Et c'est probablement la GRANDE force de ce jeu puisqu'il manie avec excellence la fidélité à l'opus original et l'ajout de nouveaux concepts. Je dois dire qu'avant d'avoir la manette dans la main, je m'attendais à revivre les mêmes scènes avec nostalgie et je ne m'attendais pas à trop de bouleversements et à vrai dire j'aurais eu peur que Square-Enix dénature l'oeuvre originale en se permettant d'y toucher. Sauf qu'une grande partie des têtes pensantes, qui ont fait de Final Fantasy 7 ce qu'il est, ont signé leur retour d'une main de maître pour ce remake. Dans cette partie on abordera plutôt le respect de l'oeuvre originale et dans le suivant on parlera des principaux ajouts qui ont été faits. La deuxième partie de la scène d'introduction reprend alors l'introduction originale du jeu en ajoutant par ci par là quelques détails fort appréciables pour plonger le joueur dans l'univers de Final Fantasy 7. Le premier chapitre est un copié collé de l'ouverture de Final Fantasy 7, de l'arrivée classieuse de Cloud, jusqu'à l'explosion du réacteur en passant par le désintérêt de Cloud pour la cause d'AVALANCHE et le combat contre le Scorpion.

Test-5.jpg Test-6.jpg

Les chapitres suivants retracent également l'aventure originale sans jamais la trahir. On retrouve ainsi des moments clés qui vont se succéder comme la rencontre avec Aerith, l'arrivée au bar le 7ème Ciel, la promesse de Cloud à Tifa à Nibelheim, l'attaque du Réacteur N°5, la fuite de l'église des taudis du Secteur 5, les combats avec Réno et Rude, la rencontre d'Elmyra... Bref on retrouve TOUS les éléments du premier opus. Et vous pouvez me croire, certains passages vous donneront des frissons comme par exemple l'introduction du jeu, la chute du pilier du Secteur 7, la capture d'Aerith, la découverte de Nanaki ou encore la fuite du bâtiment Shinra. Et il ne faut pas sous-estimer la technologie actuelle qui donne une profondeur folle à des scènes qui étaient déjà marquantes à l'époque. Certains détails vous permettront de voir à quel point ils se sont impliqués dans ce remake comme le magasin d'items de Wall Market où vous recevez une salve de balles si vous analysez la console, le bar du 7ème ciel à l'IDENTIQUE, le parc des enfants dans les taudis ou encore la maison d'Aerith.

Test-7.jpg Test-8.jpg

Certains passages, pourtant difficiles à reprendre, ont été gardés tel que le chapitre de Wall Market où Cloud doit à nouveau se travestir en demoiselle. Inconstestablement Square-Enix a réussi son premier pari : respecter son oeuvre initiale.



Un pari risqué

Dès le départ, l'équipe de développement était sûre d'une chose : elle voulait faire vivre aux joueurs de nouvelles expériences. Ce choix a deux facettes : pragmatique (faire patienter le joueur avant la sortie de Midgar) et originale (les anciens joueurs ne doivent pas être juste spectateurs d'une histoire qu'ils connaissent déjà). C'est un choix hyper risqué, ils auraient pu simplement retaper le jeu original et proposer le même contenu. Il y a beaucoup d'ajouts qui ne font finalement qu'étoffer certains points qui étaient un peu survolés dans l'opus original comme, par exemple, la personnalité et la vie des membres d'AVALANCHE dont le background a été bien revu. C'est d'ailleurs globalement le cas de tous les personnages, qu'ils fassent partie des gentils ou des méchants. Pas mal d'ajouts concernent avant tout le gameplay et la durée de vie. Midgar est en effet une partie relativement rapide dans l'opus original, de nombreuses choses ont été ajoutées (nouvelles cartes, nouveaux dongeons, nouveaux personnages) ou modifiées (villes agrandies, Wall market, ascension du pilier).

Test-9.jpg Test-10.jpg

Certains passages ont été simplement modernisés (Wall market par exemple) de manière à ce que le joueur attende toujours la suite de l'aventure. Ensuite il y a de très nombreux ajouts au niveau du système de jeu lui-même : nouvelles matérias (relatives au nouveau style de combat), nouveaux mini-jeux (fléchette, défis salle de sport WM différents, piste de danse...), nouvelles quêtes annexes (Chadley, arène de Cornéo, salle d'entraînement Shinra...), nouveau système d'armes (avec des sortes de crystariums)... Bref il y a beaucoup d'ajouts qui sont nécessaires pour remettre le jeu aux goûts du jour 23 ans après sa sortie initiale. Là où on s'attendait peut-être nettement moins à des modifications majeurs, c'est concernant le scénario du jeu. On se rend compte assez rapidement que le remake ne sera pas un simple copié/collé. Ainsi dès le chapitre 2, Cloud aperçoit son grand ennemi Sephiroth marchant au loin dans les flammes. Le plus gros changement c'est l'ajout des fileurs. Ces êtres que Barret appelle tendrement "serpillères" sont au coeur du changement scénaristique majeur de ce remake.

Test-11.jpg Test-12.jpg

Nous en parleront plus en détails dans la section dédiée à cet effet. Beaucoup d'évènements arrivent plus rapidement que dans l'opus original comme la rencontre avec Sephiroth, les expériences d'Hojo, la fuite de Jénova et la réunion des clônes de Sephiroth... Le jeu a fait le pari de reprendre des éléments de tous les opus de la compilation de FF7. Pour Before Crisis on retrouve plusieurs éléments en rapport avec la Guerre du Wutaï et la faction originale d'AVALANCHE tout juste citée dans l'opus original. Pour Crisis Core, on retrouve la relation entre Aerith et Zack, la fuite de Zack et Cloud de Nibelheim. Pour Dirge of Cerberus, on retrouve les sous-sols de la Shinra où se cachent diverses expériences et cobayes humains de la Shinra. Deuxième pari réussi : marrier à la perfection le scénario initial et l'ajouts de tant de nouveaux concepts.



Les graphismes

Un des plus gros changements par rapport à l'opus original est sans conteste la qualité des graphismes. On passe de décors 3D pré-calculés à des décors 3D complètement immersifs. Exit la succession d'écrans, on peut désormais se déplacer à 360° et admirer le travail réalisé sous tous les angles. Les personnages et les monstres ont également bénéficiés de cet upgrade graphique et on redécouvre avec joie tout ce petit monde. C'est beaucoup plus facile de donner de la personnalité et de la profondeur à un personnage lorsque l'on distingue ses expressions et ses mimiques et c'est d'autant plus percutant sur des personnnages excentriques (comme Barret par exemple). A noter également la qualité des textures (végétation, eau...), des effets de particules (feu, fumée...) et des effets de lumière (aube, nuit...).

Test-13.jpg Test-14.jpg

On notera toutefois certains écarts entre les chapitres avec parfois des décors en retrait soit pour leur intérêt intrasèque pas très élevé (les égoûts par exemple) ou pour des problèmes criants de textures (de manière générale tous les décors de loin sont très moyens et en particulier lors de l'ascension du pilier du secteur 7). On notera également que l'effort de remplissage des niveaux est assez disparate. Parfois c'est réussi (comme le passage menant à Wall Market), d'autres fois moins. L'ambiance du jeu original est cela dit parfaitement respectée et on reconnait aisément les passages, traversés autrefois, qui gagnent énormément en profondeur. Malgré les couloirs et le fait que l'on ne puisse pas aller où on le souhaite, on ressent l'immensité de la mégalopole. Certaines scènes deviennent beaucoup plus percutantes que dans l'opus original où beaucoup de choses étaient uniquement suggérées.



Gameplay

Voilà probablement la plus belle réussite de ce remake voir de tous les systèmes de combats qu'a proposé Square-Enix jusqu'à aujourd'hui. Le tour par tour de l'opus original a été dépoussieré pour laisser place à un système dynamique et stratégique à souhait. Difficile en effet de conserver le système initial très lent et qui consistait la plupart du temps à toujours utiliser les mêmes tactiques. Ici chaque boss et même chaque ennemi a été travaillé de manière à ce que vous adaptiez votre stratégie pour le combattre. C'est particulièrement vrai pour les boss qui vous mettront rapidement KO si vous vous entêtez à simplement les frapper. Chaque personnage possède son propre gameplay. Cloud fera parler son épée et dispose d'un mode Bravoure qui lui permet de taper plus fort (en échange d'une partie de sa vitesse) et qui permet de contre-attaquer automatiquement ce qui est fort pratique. Barret, quant à lui, attaque à distance avec la plupart de ses armes et dispose d'une attaque spéciale qui lance une salve de balles à ses ennemis. Tifa attaque au corps à corps et a la possibilité de monter le pourcentage de dégâts reçus de la part des ennemis avec ses attaques physiques. Aerith, enfin, attaque ses ennemis également à distance avec ses attaques dont la puissance est basée sur sa magie contrairement aux autres personnages.

Test-15.jpg Test-16.jpg

En plus de ces attaques de base, chaque personnage dispose d'un panel de compétences variées permettant au joueur de développer de véritables stratégies de combats. Chaque arme vient avec sa compétence associée que le personnage peut apprendre de manière définitive la plupart du temps en s'en servant. Les compétences utilisent entre une et deux jauges ATB, chaque personnage en possédant deux (et 3 grâce à la matéria Vision) qui se remplissent en fonction des actions du joueur. Les magies font également leur grand retour au même titre que les fameuses matérias de l'opus original. Pour utiliser une magie, vous devrez disposer des MP nécessaires et d'au moins une jauge ATB. Au niveau des matérias, vous en découvrirez de nouvelles liées au nouveau système de jeu (Aire d'effet, chakra, parade, garde renforcée...). Une bonne partie des matérias que vous utilisiez à l'époque ont disparu (Métérore, Ultima, Contenir...) et feront probablement leur retour lors des épisodes suivants pour ne pas tout donner au joueur dès le début du jeu.

Test-17.jpg Test-18.jpg

A noter la présence de la matéria Talent de l'ennemi qui vous permet d'apprendre 4 compétences dans ce premier chapitre. Vous retrouverez également les limites qui prennent ici le nom de transcendance. Chaque personnage en possède deux, une de base et une autre que vous pourrez apprendre. Malheureusement vous ne pourrez pas les garder pour les prochains combats comme dans l'original. Elles sont encore plus dévastatrices qu'à l'époque. On peut dire merci à Final Fantasy XIII qui avait instauré le système de choc avec une barre de l'ennemi qui se remplit au fur et à mesure de vos coups. Dès que celle-ci est remplie votre ennemi passe en mode choc et subit des dégâts importants multipliés par un facteur affiché à l'écran et que vous pouvez augmenter avec Tifa ou certaines autres attaques. Il y a également une jauge de fragilité qui bloque votre ennemi pendant un certain temps et qui augmente plus rapidement la jauge de choc. Les attaques à utiliser pour fragiliser ou choquer un ennemi sont différentes pour chaque ennemi. Les magies élémentaires joueront un grand rôle de par leur puissance mais surtout pour choquer vos ennemis. Les combinaisons de matérias seront encore possible via des emplacements doubles sur vos armes et armures. Au niveau de l'équipement, vous retrouverez également des accessoires en plus des armes et armures. Le gameplay est hyper dynamique mais vous aurez l'occasion de vous poser et réfléchir à vos coups grâce au mode slow motion lorsque vous entrerez dans le menu. Lors des combats, vous aurez la possibilité de prendre les commandes de chaque personnage. Vous aurez des combats où vous combattrez seul, à deux ou encore à trois. A noter qu'à la fin du jeu, Nanaki combat à vos côtés mais n'est pas contrôlable.

Test-19.jpg Test-20.jpg

La difficulté du jeu a été revue à la hausse et il ne sera pas rare de voir l'écran de game over lorsque vous aurez négligé votre préparation. Et d'ailleurs ce sera peut-être votre cas dès le premier boss du jeu ! Pas de panique cependant puisque vous pouvez recommencer simplement avant n'importe quel combat. L'exploration fait son grand retour dans cet opus et il faudra vous rendre à tous les embranchements des cartes afin de trouver les trésors qui y sont dispersés. Vous aurez quelques interactions lors de vos déplacements (pour sauter, s'accroupir, ramper...) qui rendent un peu plus vivant la phase d'exploration. Dommage cependant que la plupart de vos déplacements se font dans des couloirs qui n'auraient rien à envier à Final Fantasy 10. C'est parfois un peu frustrant puisque vous n'avez jamais plus que deux options d'exploration. Après je vous avoue que pour l'écriture des soluces, c'est bien plus simple comme ça !



Scénario

La trame principale de l'aventure est globalement la même que celle de l'opus original. C'est de moins en moins vrai au fur et à mesure du jeu. De nouveaux élements font leur apparition comme les fileurs, dont le but n'est que partiellement expliqué à la fin du jeu, la Guerre du Wutaï qui semble toujours en cours ou encore la faction originelle d'AVALANCHE qui ne semble pas avoir disparue comme on le pensait. D'une manière générale le scénario s'inspire tout autant des autres volets de la compilation que de FF7 premier du nom. Vous n'aurez pas trop de peine à distinguer ce qui est nouveau de ce qui est plus ancien. Au début du jeu la nouveauté dénote un peu mais prend plus de profondeur au cours du jeu. Malheureusement beaucoup de ces ajouts ne sont que trop partiellement développés, en particulier la Guerre du Wutaï et la faction AVALANCHE qui n'apparaissent que dans un chapitre avant de disparaître complètement. C'est également le cas de Rochey, un Soldat de première classe qui apparaît pour combattre le groupe mais qui ne donne plus signe de vie par la suite. On aurait volontier échangé quelques scènes moyennes (on va dire toutes celles avec Marle, un nouveau personnage du Remake, par exemple) avec quelques révélations sur le Wutaï ou sur AVALANCHE.

Test-21.jpg Test-22.jpg

De manière générale, les nouveaux personnages du Remake apportent un peu de nouveautés mais ne sont pas vraiment à la hauteur des autres (Marle, Rodchey, Sam, Madame M, Andi, Johnny...). Ce qui est par contre fort agréable c'est tout le travail qui a été réalisé sur les personnages que l'on connaissait déjà et en particulier ceux de la Shinra. Difficile de sortir des noms en particulier car toutes leurs prestations sont percutantes. Le jeu aborde également la culpabilité d'AVALANCHE concernant leurs attentats et le poids que doit supporter la population en retour. C'était quelque chose d'assez peu développé dans le premier épisode et ici on a l'occasion de percevoir ce que ressentent les habitants loin d'être derrière AVALANCHE. La technique dont dispose Square-Enix à l'heure actuelle permet de transformer des scènes sympas en véritables moments à émotions comme la montée du pilier ou la destruction de la plaque du Secteur 7. Tout s'accélère lorsque le groupe pénètre dans le bâtiment Shinra.

Test-23.jpg Test-24.jpg

Vous y découvrez d'ailleurs une cinématique avec la présentation de la Terre promise et des Anciens, ajout fort agréable. L'attaque du Président par Sephiroth (ou tout du moins un de ses clônes) et la prise de Jénova sont le début de séquences scénaristiquement maîtrisées qui devraient vous tenir en haleine jusqu'à la dernière minute de jeu.



Fin du jeu

Attention.png

Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur la fin du jeu, vous pouvez cliquer sur ce spoiler. Mais je vous conseille de ne pas le faire si vous n'avez pas encore fini le jeu !



Durée de vie

On ne pouvait pas être aussi dithyrambique jusqu'à la fin du test... Clairement la durée de vie est le point faible de ce remake. Si on la compare à ce qui se fait habituellement dans le monde des RPG à la japonaise sur ces dernières années, rien de choquant. Par contre si on compare avec les durées de vie habituelles des opus précédents, le constat est dur. L'histoire principale ne vous prendra qu'une trentaine d'heures et vous pourrez pousser jusqu'à une cinquantaine si vous êtes du genre à explorer les moindres recoins et à rendre une copie parfaite (et encore les 50 heures, c'est en écrivant la soluce complète pour le site). Ce qui est d'autant plus dommage c'est qu'en plus le jeu s'étire parfois sur la longueur en utilisant de procédés vus et revus comme des cut scenes beaucoup trop nombreuses, des quêtes annexes moyennes, des mini-jeux compliqués ou des couloirs trop longs. Mention spéciale au check entre Cloud et Aerith lorsqu'il rejoigne le parc des enfants où vous devez appuyer 10 secondes sur triangle...

Test-29.jpg Test-30.jpg

Concernant les quêtes annexes, on ne peut pas dire qu'on passe un moment hyper fun, la plupart étant moyennes (si je vous dis que vous devez récupérer des chats ?). Square-Enix n'est pas vraiment connu pour ses quêtes annexes de folie. Les mini-jeux sont pas fous-fous non plus mais donne un peu de challenge aux joueurs en offrant quelques trophées par ci par là. Bon après je mentirais si je disais que je ne m'y attendais pas au départ sachant que le jeu s'arrêterait à Midgar mais quand même. Je finis quand même sur une note positive parce que, même si certains passages sont parfois longs, j'ai beaucoup aimé ces 50 heures. A noter que le jeu peut-être refait en mode difficile pour débloquer de nouveaux challenges (voir toutes les scènes secrètes, obtenir toutes les robes, débloquer les combats d'arènes...) mais surtout augmenter virtuellement la durée de vie du jeu de quelques dizaines d'heures. Après c'est un challenge très intéressant puisque stratégique.



Bande son

Square-Enix n'a pas fait les choses à moitié de ce côté ci et ce n'était pas une mince affaire tant l'OST du titre original avait marquée les esprits. Vous retrouverez avec plaisir les morceaux qui vous ont tant fait vibrer, remasterisés avec succès. L'émotion sera sans aucun doute au rendez-vous de la première minute du jeu à la dernière. L'OST est d'ailleurs disponible en version collector à 77,77 euros et comprend pas moins de 7 galettes ! L'OST comprend certains nouveaux morceaux comme le magnifique thème accompagnant les joueurs lorsque Cloud et Aerith se dirigent vers le Wall Market. Les styles sont variés et il y en a pour tous les goûts (avec par exemple la musique de la Ruche...). S'il y a bien un point avec lequel on est jamais déçu avec Square-Enix, c'est bien de ce côté là !



Que peut-on attendre de la suite ?

Là est toute la question. On ne sait pas encore de combien d'épisodes sera constitué le remake. Mais ce qui fait consensus auprès de TOUTE la communauté de joueurs, c'est que l'on doit avoir un monde ouvert pour le prochain épisode, version remastorisée de ce monde qui nous avait tant charmé il y a 23 ans. Square-Enix n'a pas le choix sur ce point, un mode de déplacement à la Final Fantasy 10 (enchaînement de carte ou téléportation avec un vaisseau) serait en effet une véritable déconvenue. De surcroît même si le monde ouvert de Final Fantasy 15 semblait parfois vide, c'est déjà une bonne base de travail. On attend aussi naturellement la suite de l'histoire de Final Fantasy 7, celle que nous connaissons tous. Mais ce qu'on attend encore plus, c'est des explications sur tous les nouveaux éléments apportés par le remake et en particulier sa fin. C'est assez évident que ce premier épisode était un test grandeur nature. Le prochain épisode devra donc être plus grand, plus long et plus beau que ce premier volet. On veut voyager, découvrir le monde de Final Fantasy 7 sous un nouveau jour, voyager à dos de chocobo, découvrir le Gold Saucer ou encore défendre le Fort Condor. Et j'imagine que tout le monde a hâte de découvrir le style de combat des derniers personnages (Youffie, Cid, Cait Sith, Nanaki et Vincent). Les mini-jeux et les quêtes annexes devront proposer plus pour ne pas être perçue uniquement comme un moyen d'augmenter la durée de vie du titre.



Conclusion

En conclusion, ce remake a tenu une bonne partie de ses promesses. L'attente aura été très longue (près de 5 ans) mais le résultat en vaut la chandelle. La plupart des défauts de Final Fantasy 15 ont été corrigés ici (scénario bancal, passages manquants, personnages peu développés, historique de l'histoire mis de côté, DLC moyens...) et de nombreuses bonnes idées ont fait leur apparition (switch de personnages, style de combat / personnage, jauge de fragilité, slow motion du menu de combat, QTE pendant l'exploration...). Final Fantasy 7 remake impressionne graphiquement et donne énormément de profondeur aux scènes qui ont marquées notre mémoire. Il se permet le luxe de respecter l'oeuvre originale tout en apportant un regard nouveau et un vent de fraîcheur au jeu original. Le plaisir de jeu, pad en main est évident. S'il n'est pas exempt de défauts, on comprend aisément pourquoi la sortie du premier épisode a cartonné et on attend avec une impatience certaine la sortie du second épisode. La fin du jeu, percutante, amène en effet beaucoup de questions et peu de réponses...



Plus
Les plus
Moins
Les moins
PouceUp.png Les graphimes magnifiques
PouceUp.png Le gameplay subtil et dynamique
PouceUp.png Les compétences de combats et les crystariums des armes
PouceUp.png La difficulté revue à la hausse et le côté stratégique des combats
PouceUp.png Les personnages plus profonds que dans FF7
PouceUp.png Le respect de l'oeuvre original
PouceUp.png Le scénario qui reprend les trames des autres éléments de la compilation FF7
PouceUp.png Les scènes avec le moteur du jeu/cinématiques magnifiques
PouceUp.png Le retour du Grand Sephiroth
PouceUp.png Les nombreux clins d'oeil (boutique mog, peintures de monstres au mur, tableaux au mur...)
PouceUp.png Le mode New Game +
PouceUp.png Le pari osé d'apporter de nouveaux éléments dans le scénario
PouceUp.png L'humour
PouceDown.png Les scènes beaucoup trop nombreuses (et parfois inutiles)
PouceDown.png Les quêtes annexes pas très intéressantes
PouceDown.png La durée de vie trop basse
PouceDown.png Pas de mappemonde dans cet épisode
PouceDown.png Les matérias absentes (ultima, météore...)
PouceDown.png Des couloirs par ci, des couloirs par là
PouceDown.png Des ajouts de scénario trop peu développé


Les notes ci-dessous sont, comme toutes les notes, subjectives. Il est donc possible que votre opinion diffère et que votre avis soit différent de ce test. Dans ce cas n'hésitez pas à nous en faire part en appuyant sur le lien "Donnez votre avis sur le jeu !". Notez que la note finale n'est pas une moyenne arithmétique des différentes rubriques. Merci à tous les courageux qui ont prit la peine de lire le test.




Les notes
Graphismes
18,5

Les cartes que vous allez traverser sont magnifiques et il y a fort à parier que vous vous arrêterez régulièrement pour admirer les décors autour de vous. A noter cependant certaines parties moins réussies (avec par exemple les décors de fond lors de l'ascension du pilier pas à la hauteur du reste). Le travail réalisé sur les personnages et les monstres est incroyable.

Jouabilité
19

Probablement le meilleur système de combat de toute la série. Dynamique et stratégique à la fois, il devrait ravir tout le monde, nostalgiques comme nouveaux arrivants. Un véritable succès qui donne envie de combattre encore et encore. L'exploration n'est pas en reste et vous vous plairez à parcourir tous les cm² de la carte.

Durée de vie
14

Clairement le point faible du jeu. Comptez entre 30 (aventure principale) et 50 (tout à 100%) heures pour venir à bout du jeu. Et encore on arrive à ce nombre grâce aux (trop) nombreuses scènes qui jalonnent l'aventure. On attendra BEAUCOUP plus pour les chapitres suivants avec le monde ouvert. Malheureusement les quêtes annexes et les mini-jeux n'ont pas vraiment d'autre intérêt que celui d'augmenter de quelques heures la durée de vie de cet épisode.

Bande son
18

Le travail réalisé sur l'OST est remarquable. Respectueuse de l'oeuvre originale et remise au goût du jour, l'OST saura ravire votre ouïe.

Scénario
18,5

La note est forcément excellente puisque le scénario du remake reprend celui de FF7 premier du nom. Vous aurez donc plaisir à vous replonger dans cette fable onirique où vous devez sauver la planète contre tous les dangers qui la menacent. Les ajouts scénaristiques de ce remake sont une bonne chose et devraient rebattre un jeu de cartes que vous connaissiez par coeur.

Note finale
18,5

Que vous soyez un vieux de la vieille ou nouvel arrivant, vous devriez trouver votre bonheur avec ce remake. Le jeu reprend le charme de l'épisode original en lui apportant un nouvel habillage grâce aux techniques des jeux AAA et à de très bonnes idées. Foncez l'acheter si ce n'est déjà fait, vous ne serez pas déçu.

Note des membres
- Lire les 0 avis des membres !
Donnez votre avis sur ce jeu !


CoeurRouge.png J'aime !
 3 personnes aiment
Angelfire
01/06/2020


Laisser votre commentaire ?


First.png
Soyez le premier à commenter l'article !