NIER
Jaquette NIER Sortie France : 23 Avril 2010
Sortie USA : 27 Avril 2010
Sortie Japon : 22 Avril 2010
Type : Action/RPG
Nombre de joueurs : 1
Acheter le jeu :
Site Eidos - Version PS3
Site Eidos - Version X360
Site officiel





Loin de faire parler de lui initialement, NIER s'est imposé petit à petit dans le monde vidéoludique. Sorti le 23 Avril 2010 en France, il a beaucoup fait parler de lui de part son ambiance particulière et son gameplay rafraîchissant. Pourtant le jeu a beaucoup souffert de ses graphismes dépassés et d'une réalisation pas toujours à la hauteur. C'est une constante qu'on retrouve chez Cavia (qui avait developpé les deux très bons Drakengard). Cela dit une fois qu'on gratte la première couche, on se retrouve avec un jeu bourré de qualité et qui dégage un charme sans pareil. Sachez que la version disponible en Europe et aux USA est la version Gestalt et que les japonais ont pu découvrir la version Réplicant. Pas de grosses différences, si ce n'est que dans l'un les personnages principaux sont un père et sa fille et dans l'autre un frère et une soeur. Enfin dernière petite info croustillante, à l'origine le jeu n'était prévu que sur 360, et a finalement débarqué également sur PS3.




Les graphismes


On va commencer par le point noir du soft : ses graphismes. En effet dur de passer à côté de la pauvreté graphique de NIER, qui donne plus l'impression d'avoir affaire à un jeu PS2 qu'un un jeu nouvelle génération. Les paysages restent globalement peu détaillés et sont parfois vraiment vides. Cela dit tout n'est pas à jeter, en effet NIER dégage une atmosphère ennivrante. Les décors bien que pauvres sont plutôt variés et vous prendez beaucoup de plaisir à les explorer. Les couleurs offrent un cachet particulier à NIER, et il n'est pas rare de faire une petite pause pour admirer un coucher de soleil. Les personnages sont plutôt bien modélisées ainsi que les ennemis et s'intègrent parfaitement dans le jeu.




Test image 1Test image 2



Le système de combat


Le gameplay de NIER est très intéressant, à la fois vif et efficace. On s'étonne d'ailleurs que les mouvements du héros soit si vifs, alors que ce dernier est plutôt costaud. Mais ce qui est intéressant dans cet opus, à l'instar des deux Drakengard, c'est l'utilisation conjointe de la force brute et de la magie. En effet inutile de vous lancer à la poursuite de vos ennemis, si vous ne maîtrisez pas la magie. Il y a plusieurs types de magies, plus ou moins puissantes et qui peuvent être utilisées de près ou de loin. Bref toutes les magies vous permettent de disposer d'un panel de compétences suffisant pour vous tirer de toutes les situations, même les plus inextricables.




Test image 3Image Test image 4



A noter également qu'il existe une multitude d'armes différentes. Chaque arme se distingue par sa puissance, par sa magie (un bonus de magie + XX%) mais aussi par son poids. Plus une arme est lourde et plus votre personnage aura du mal à la manier. Il faut donc faire un compromis entre la puissance, la magie et le poids de votre arme. Il est conseillé aussi d'adapter l'arme de votre personnage en fonction des ennemis que vous combattez. En effet certains ennemis sont puissants mais relativement lents, vous avez donc tout intérêt à vous équiper d'une arme puissante pour en venir à bout. Arme qui se révèlerait inutile par contre face à une horde d'adversaires rapides. En pratique c'est rapide et ça ne pose aucun problème de changer son arme lorsque la situation l'exige.




Test image 5Test image 6



Difficile de parler de gameplay sans aborder les combats, souvent dantesques, contre les boss. Bien souvent ils nécessiteront que vous trouviez une stratégie pour en venir à bout. Ces combats sont particulièrement intenses et longs, et vous serez surpris par la grandeur des boss que vous combattrez. En effet à la manière d'un Bayonetta ou d'un Shadow of The Colossus, les boss feront parfois 40 à 50 fois la taille du héros. Autre chose notable les concernant, vous ne les vaincrez pas directement, votre objectif sera de les blesser et de les affaiblir en exploitant leurs points faibles. A partir de là, c'est votre allié magique, Weiss (dont on parlera plus tard), qui blessera davantage ou achèvera vos ennemis. Ces combats se révèlent être réellement intéressants et vous feront passez de bon moments.




Test image 7Test image 8



Autre chose intéressante, vous combattrez à plusieurs reprises aux côtés de fidèles compagnons. C'est un plus incontestable et une chose que j'apprécie vraiment (à la manière d'un Kingdom Hearts). Ca rajoute un peu de piquant durant les combats, et c'est toujours agréable d'être soutenu par un allié qu'il soit contrôlé par une IA ou non. Enfin on notera que le gameplay reprend des éléments de nombreux genre de jeux vidéo. En effet vous devrez souvent vous mouvoir à la manière d'un jeu d'aventure, éviter des projectiles magiques comme dans un Shoot'em up, frapper vos ennemis comme si vous jouiez à un Hack'n slash... De ce fait le moins que l'on puisse dire c'est que le gameplay de NIER est riche et original.




L'ambiance sonore


Probablement l'une des meilleures OST de jeux vidéo, voilà comment décrire au mieux la bande son de NIER. Avec des musiques enchanteresses et oniriques au possible, la bande son de NIER va, sans aucun doute possible, vous submerger d'émotions. En effet elle dégage une puissance incommensurable et se paye le luxe de conjuguer à merveille lyrisme et poésie. L'ambiance sonore permet à chaque joueur de se plonger dans l'univers de NIER. Les musiques accompagnent à merveille les combats dantesques contre les boss et les évènements tragiques de l'aventure. Les musiques justifient à elles seules l'achat du jeu. Inutile donc de vous dire que je vous conseille d'acquérir l'OST. A noter que certaines chansons sont chantées dans une langue créée pour l'occasion assez proches du français. Un grand bravo à Mr Keiichi Okabe qui a créé une bande son démentielle.




Test image 9Test image 10



Le système d'évolution


Ici on retrouve un système d'évolution simple mais qui a fait ses preuves jusqu'ici : le passage de niveau. La puissance du personnage principal augmente au fur et à mesure des niveaux. Pour cela vous devrez accumuler un certain nombre de points d'expérience qui augmentent évidemment au fur et à mesure du jeu. Pour obtenir de l'expérience, il vous suffira de venir à bout de vos ennemis. Vous pouvez également accroître votre puissance en faisant évoluer vos armes chez le forgeron. En effet chaque arme possède 4 niveaux avec des statistiques différentes. Pour passer un niveau, rien de plus simple, vous devrez récupérer certains matériaux et payer un pécule d'argent au forgeron. Enfin vous pouvez également devenir plus puissant en associant des mots à vos armes/magies/compétences. Un mot (en japonais ici) est un bonus que vous pouvez associer à une ou plusieurs catégories. Par exemple Attaque +30% sur une arme, Magie +20% sur une magie, Poison sur une arme...




Test image 11Test image 12



Scénario


Le scénario de NIER est plutôt alambiqué. Un peu à la manière de ses prédecesseurs (Drakengard), le monde est plongé dans le chaos rongé par une maladie incurable et envahis par de puissantes ombres qu'on appelle Shades. L'histoire se passe 1300 ans après notre ère, et le monde semble être replongé pourtant au moyen-âge. L'humanité vit donc de façon rudimentaire luttant désespérement contre des fléaux qu'elle ne peut effacer. De plus les ombres qui autrefois évitaient de s'approcher des villages commencent à s'en rapprocher dangeureusement. Vous incarnez ici un guerrier qui élève seul sa fille, atteinte de la maladie incurable. Alors que ce fameux guerrier plonge petit à petit dans le désespoir, il fait la rencontre d'un puissant livre magique, Weiss, qui lui affirme être capable de soigner sa vie. Weiss et le guerrier font donc un pacte (à la manière du pacte dragon/homme dans Drakengard). Weiss lui procurera sa puissance mais le guerrier devra parcourir le monde pour récupérer les puissants sorts perdus par Weiss.




Test image 13Test image 14



Les personnages


Le personnage principal est un guerrier robuste typé européen. Il remplace donc le jeune gringalet de le version japonaise. Cela dit j'ai vraiment trouvé que ce personnage était caricatural physiquement, même si cela permet de faire paraître le héros bien plus humain que son apparence ne pourrait le laisser penser. On retrouve également sa fille, touchante et fragile, condamnée à souffrir de la terrible maladie qui revage le monde. Vous ne tarderez pas à faire la connaissance de Weiss, un puissant grimoir magique qui n'a pas sa langue dans sa poche. Se prenant pour un dieu et exigeant le respect, il amènera un peu de sagesse dans un groupe qui en manquera parfois. Vous ferez la connaissance de Kainé un peu plus tard, une jeune femme un peu hermaphrodite mais charmante tout de même. Possèdant des formes pour le moins généreuses et assez peu de vêtements, elle apportera un peu de fraîcheur à un monde où seule la mort a réussi à se faire une place de choix. Son humour et son franc parler la distingue de la plupart des personnages formatés de l'univers du RPG. Kainé est à part et ses jeux de conversation, notamment avec Weiss, vous feront mourir de rire. Enfin vous ferez également la connaissance d'Emile un jeune garçon fragile, qui change tout ce qu'il regarde en pierre à la manière de Méduse. Malgré leurs différences, ces personnages vont s'attacher au fur et à mesure du déroulement tragique de l'aventure.




Test image 15Test image 16



La durée de vie


La durée de vie, pour un action/RPG, est tout à fait honnête. Comptez une bonne trentaine d'heures pour finir l'aventure principale avec un rythme normal. Ca reste plutôt honnête, d'autant qu'il n'y a pas de rajout uniquement là pour rajouter quelques heures par ci par là comme certains jeux de nos jours. La durée de vie est rallongée par de nombreuses quêtes annexes plus ou moins intéressantes, où vous vous rendrez compte que la mort est présente partout dans ce monde dévasté. Vous pourrez également vous adonner aux plaisirs de la pêche ou de l'agriculture. La quêtes des armes et leurs évolutions vous prendront également pas mal de temps. Enfin il existe plusieurs fins et vous devrez recommencer l'aventure à plusieurs reprises pour en prendre connaissance.




Test image 17Test image 18



Les Shades


Les Shades sont des ombres assoifées de sang, qui n'ont pour seul objectif d'anéantir toute trace de vie. Généralement tapis dans l'ombre, elles se permettent désormais d'approcher les villages afin de faire plonger les derniers humains dans un chaos total. Elles peuvent être de différentes types, certaines sont énormes alors que d'autres sont petites et se déplacent rapidement. Certaines possèdent des armures, qu'il vous faut détruire pour les vaincre. D'autres encore (les boss notamment) ne sont pas uniquement des ombres, et semble posséder une structure organique. A noter qu'à chaque coup d'épée, le sang gicle. Est-ce parce qu'avant d'être une ombre, c'était des être humains ? Ont-ils été pervertis par la maladie ? Elles ne cesseront de se mettre en travers de votre route. Si puissante soit-elle, il semblerait qu'elles ne répondent qu'à la volonté de Shadowlord...




Test image 19Test image 20



Les quêtes annexes


Il y a beaucoup de quêtes annexes dans NIER, un peu à l'opposé de Final Fantasy XIII. Vous trouverez des quêtes de plusieurs types : combattre un monstre, ramener des ingrédients pour sauver un malade, ramener un animal qui s'est enfui, apporter une lettre... C'est justement la diversité qui est intéressante et qui permettra à chaque joueur de ne pas avoir l'impression que les quêtes annexes sont juste une excuse pour augmenter la durée de vie. Il y a également la possibilité de battre des boss optionnels en revenant sur vos traces. Vous pourrez également pêcher une multitude de poissons et exercer vos talents d'agriculteurs en faisant pousser toutes sortes de plantes.




Test image 21Test image 22



Conclusion


Si pour vous un jeu se résume à ses graphismes ou à son animation, passez votre chemin, ce jeu n'est pas fait pour vous. Point d'esbroufe dans ce jeu envoûtant, qui montre une nouvelle fois que l'univers des jeux vidéo est capable de sortir certaines perles emplis de lyrisme et de poésie. A la manière d'un ICO ou d'un Shadow of The Colossus, ce jeu vous emportera dans un monde duquel vous aurez bien du mal à sortir. Cavia a réussi à faire avec un petit budget un grand jeu, parce qu'ils ont compris que ce que les joueurs cherchent ce ne sont pas forcément des graphismes de fou furieux ou des explosions de dingue, mais du rêve. On en redemande.




Récapitulatif des forces et faiblesses
Plus
Les plus
Moins
Les moins
_La bande son de fou furieux
_Le scénario bien ficelé
_Les personnages rafraîchissants
_Le gameplay bien pensé
_L'ambiance unique qui se dégage du jeu
_Les combats de boss dantesques
_Les magies puissantes et variées
_Le côté adulte du jeune
_Le style (couleurs, décors)
_Les graphismes un peu dépassés
_Le manque d'ennemis (tellement jouissif qu'on en veut toujours plus !)
_Trop peu de lieux à visiter
_Le physique du personnage principal
_Les phases de texte parfois assez longues


Les notes ci-dessous sont, comme toutes les notes, subjectives. Il est donc possible que votre opinion diffère et que votre avis soit différent de ce test. Dans ce cas n'hésitez pas à nous en faire part en appuyant sur le lien "Donnez votre avis sur le jeu !". Notez que la note finale n'est pas une moyenne arithmétique des différentes rubriques. Merci à tous les courageux qui ont prit la peine de lire le test.




Angelfire, 4 Juin 2010




Les notes
Graphismes
14 Difficile de mettre plus tellement les graphismes de NIER semblent dépassés, à tel point qu'on se croirait presque revenu à l'ancienne génération. Cependant les décors étant variés et les couleurs/tons parfaitement adaptés, NIER parviendra quand même à attiser votre curiosité. A noter aussi les jeux de lumières plutôt bien travaillés.
Jouabilité
17 Le gameplay est à la fois riche et dynamique. Ce qui est d'ailleurs frappant c'est qu'on se surprend à demander toujours plus d'ennemis tant les réduire en miettes est jouissif. Le fait de pouvoir changer d'arme simplement vers la moitié du jeu et la magie font du gameplay un modèle du genre. Alliant simplicité et efficacité, vous prendrez plaisir à terasser vos ennemis et plus particulièrement les énormes boss.
Durée de vie
16 La durée de vie reste honnête pour un action/RPG, et il vous faudra une trentaine d'heure pour en venir à bout à un rythme normal. Comptez bien plus si vous souhaitez tout débloquer et vous délecter des nombreuses fins qu'offrent le jeu.
Bande son
19 Une bande son démentielle, des musiques qui dégagent autant d'émotions, c'est suffisament rare (surtout dans ce type de jeu) pour être souligné. Je vous conseille de vous procurer l'OST qui est de toute beauté.
Scénario
17.5 Le scénario est adulte, et vous plongera au coeur d'un monde dévasté par le chaos et la maladie. Les personnages apportent un vent de fraîcheur dans l'univers du RPG, et participent grandement au scénario. Les évènements tragiques parsèment le jeu et ne laissent pas insensible.
Note finale
17 Une fois encore Cavia a réussi à nous sortir un jeu bourré de qualité tout en corrigeant plusieurs erreurs qu'il avait commis sur leurs précédents jeux. NIER possède un scénario intéressant, un gameplay dynamique, une bande son majestueuse et des personnages uniques. Il ne vous reste plus qu'à l'essayer !
Note des membres
- Lire les 0 avis des membres !
Donnez votre avis sur ce jeu !